Craquer pour un fondant

Vous avez remarqué que nos enfants ont la fâcheuse tendance à engloutir la petite douceur que l’on s’était mise (subrepticement) de côté ?

Je m’étais réservée un moelleux au chocolat, planqué dans le bac à légumes du frigo. Sur un paquet de 4, ça ne me paraissait pas exagéré. Oui, je sais, on est 5, mais quelqu’un d’autre peut se sacrifier pour changer, non ? Alors le moelleux, c’est le truc au cœur fondant qui se mange tiède, pour que le chocolat se barre quand vous plongez la cuillère dedans. Je vous ai mis l’eau à la bouche ? Ben changez votre visuel parce que quand j’ai ouvert le frigo, il n’y était plus ! Après enquête, c’est mon ado de service qui se l’était goinfré vite fait en rentrant du lycée. « Ben quoi, y avait pas ton nom dessus ! ».
Je l’ai envoyé m’en chercher un autre au P’tit Casino du coin, et fissa. Faut pas exagérer tout de même.
Comme dirait mon père : « ils nous tondraient la laine sur le dos. »