Syndrome du Lapin Blanc

Depuis la rentrée des classes, je fais mon syndrome du Lapin Blanc. Attention, hein, pas le vrai syndrome du lapin, vachement inquiétant, mais celui qui consiste à s’agiter dans tous les sens tout en étant constamment à la bourre. Sur fond d’inscriptions aux activités extra-scolaires et de réunions de rentrée, dans le cadre peu enthousiasmant de la reprise générale et de l’ajustement aux nouveaux rythmes scolaires (voir mon post « Arythmie scolaire »).

« Je vais où aujourd’hui ? » me demande le petit, attablé devant ses tartines matinales. Moi non plus j’ai pas encore intégré le nouveau planning. Je prends le calendrier familial :
« Alors aujourd’hui je te cherche à midi (c’est la Roumanie dans le frigo → courses impératives)
… après l’école, t’as Atelier en allemand avec la nouvelle animatrice (Oups, c’est moi qui l’accueille et la présente aux enfants  me munir de la liste desdits élèves)
… ensuite je te dépose aux Arts du cirque ( prévoir la tenue de gym et ne pas oublier le dossier d’inscription avec le certificat médical que j’ai mis 2 heures à obtenir hier)
… ensuite je reviens te chercher (j’ai une heure de battement  aller acheter les baskets à semelles non marquantes ?)
… et après … j’ai une réunion de rentrée avec le groupe théâtre de ta sœur ( prévenir que je vais arriver en retard + prévoir goûter)
… et enfin on rentre ( demander au grand de cuire les pâtes) »
Je me demande si je ne devrais pas investir dans des post-it de couleur.
« Et demain, j’ai quoi ? »
« Multisports, rendez-vous chez le dentiste avec ta sœur et réunion de rentrée avec tes deux maîtresses ( prévoir goûter, acheter pizzas) »
« Et la musique, c’est quand ? »
« Samedi matin ( acheter le livre de formation musicale demandé par la prof.) »
« Et l’anniversaire de mon copain ? »
« Samedi après-midi ( prévoir cadeau). »
Juste quand j’allais lui dire de se taire et de finir son petit-déjeuner (→ penser à acheter des céréales, c’est plus rapide le matin), son frère aîné passe en coup de vent dans la cuisine :
« Maman, si tu passes en ville, t’oublies pas de m’acheter Objectif Bac, hein ? »
Et sa sœur n’est pas en reste  :
« Il faudra aussi renouveler mon abonnement de bus à l’occasion, hein maman ? »
Quand la bourrasque est passée, z’Homme débarque tranquillement dans la cuisine, frais comme un gardon.
« Je sais pas toi, ma chérie, mais j’ai trouvé cette rentrée assez cool finalement. On stressait vraiment pour rien »
Je rajoute mentalement à ma liste :  inscription à un cours de yoga ou de sophro.

Comme dirait mon père : parfois, mieux vaut un malentendu qu’un silence compris.