Le retour de z’Homme

Le retour de z’Homme

11 mars 2015 0 Par Barbara

Z’Homme était parti 10 jours en plongée. Je n’ai même pas profité de son absence. Rapport aux enfants qui, eux, étaient là. Mais je m’égare. Parce que le moment que je préfère quand il part, c’est son retour. J’achète un comté 36 mois (au lait pas bio), une baguette « tradition » (au gluten) et je débouche une bonne bouteille de vin (aux sulfites) : c’est la fête !

Je le cherche à l’aéroport toute guillerette et je me dis qu’il y a une erreur de casting : z’Homme ressemble à une pub vivante pour Piz Buin alors qu’il est en route depuis 24 h et en plein décalage horaire. A côté, j’ai l’impression d’avoir tourné dans la famille Adams même si j’ai dormi comme un bébé la nuit d’avant et que je n’ai pas décollé de Nidorfla (le bled où on habite, pour ceux qui suivent pas).

Après les premières effusions et baisers mouillées (beurk comme dirait ma fille), il me dit que je suis belle (z’Homme est un romantique qui a de sacrés problèmes de vue). Il rajoute sur un ton vaguement inquiet, me laissant penser que j’ai l’air plus ravagée que je ne le pense :
« Ça s’est bien passé avec les enfants ? »

Mais comme il n’écoute pas vraiment la réponse, le nez sur son portable qu’il peut enfin rallumer (une heure de coupure entre Paris et l’Alsace, faut pas déconner), je lui réponds :

« Au poil. Le grand s’est levé tous les matins à l’aube pour préparer son bac d’arrache-pied …. »
« Mmmm »
« Notre fille est passée championne de ski en une semaine … »
« Mmmm »
« … et le petit sait cuire des pâtes et lire l’heure. Il est mûr pour aller vivre tout seul dans un studio ».
« Tu déconnes, là ? »

Je ne sais pas ce qui m’a trahie, « tout seul dans un studio » peut-être ? En tout cas, j’ai toute l’attention de z’Homme qui me fixe, un peu médusé (je dois vraiment avoir une sale tronche). Pas la peine de faire durer le suspense, je lui réponds :

« Mais oui, tout va bien. Le comté prend l’air et le vin aussi. Embrasse-moi idiot. »
Il obtempère avec enthousiasme. Je ne saurais jamais si c’est à cause du vin ou du fromage.