La vie de Pioupiou

Pioupiou, c’est notre petit dernier, un poussin de sept ans quand même déjà. Particularité : il  pépie h24 et son gazouillement incessant ne cesse de nous ravir. Ça c’est la version Walt Disney, avec les petits oiseaux bleus, genre Twitter avant l’heure, qui tourbillonnent autour de Blanche-Neige.

La vraie vérité est plus proche de l’univers conte de fées glauque de Tim Burton. Parce que quand t’es honnête avec toi-même, après quelques verres de vin en général, même si tu penses incarner la maman parfaite, enfin sauf pour les principaux intéressés, un enfant HYPER bavard c’est surtout mignon quand ça te récite sans bafouiller le poème de la Fête des Mères avec des « Je t’aime » tous les trois mots ; après, c’est plus proche des minions, ces petites créatures jaunes qui te casseraient les schnitzels si tu en avais.

Non parce que pioupiou, il cause dès qu’il ouvre l’œil, le bon ou le mauvais. Sa journée, elle commence tôt et elle démarre aussi tôt, au trot ou au pas – de course -, qu’il se lève du bon pied ou pas. Et d’abord, chaque jour, quand il se réveille, il me raconte sa nuit. T’hallucines. Parce que même quand il dort, il trouve encore des choses à raconter, figure-toi. La plupart du temps, je le laisse parler en bruit de fond et j’allume France Info. Quand ça fait trop larsen, je lui demande d’aller préparer la table du petit-déjeuner. Cinq minutes de répit, c’est toujours ça de gagné.

Autant dire qu’à table, si pioupiou est là, t’en places pas une. Le grand ça le dérange pas, de toutes façons il cause pas. Mais la cadette, ça l’énerve vu que c’est une fille et que – surprise – elle aime papoter mais qu’avec pioupiou, la concurrence est déloyale. Comme elle recommence trois fois sa phrase et qu’il la boucle toujours pas, elle lui décoche des coups de pied vicieux sous la table. Du coup, il part grave dans les aigus, la cadette surenchérit en soprano et z’Homme, qui a l’oreille musicale mais pas une voix de ténor, fait profil bas dans cette cacophonie ; bref, c’est l’ambiance souk à Marrakech dans la pseudo Famille Bélier, sans les sourds d’oreilles hélas, mais avec un ado mutique. Seule parade : le Roi du silence. Qui dure deux minutes chrono mais y’a pas de petites économies.

Depuis peu, j’ai trouvé une autre astuce : le coup de fil à une amie. J’écoute une copine me raconter son week-end et pendant que je fais des « hmmm » à intervalles réguliers pour faire genre, pioupiou me raconte le 42ème épisode de Naruto dans les menus détails, celui où machin chose combat truc et lui enlève ses super pouvoirs à grands coups de sabre laser. Bon j’ai peut-être pas tout suivi attentivement. Quand je raccroche, pioupiou s’exclame :
« Eh ben, t’es une vrai maman bla bla bla, toi. Qu’est-ce que tu bavardes ! »
Gné ???

Laisser un commentaire