La rentrée, si je veux

La rentrée, si je veux

28 août 2019 2 Par Barbara

Où que tu sois, j’espère que tu profites bien du soleil. Nan pasque bientôt, ton ennemi N°1, ce sera pas la f****** plage trop chaude, ses grains de sable qui te brûlent les pieds et abîment ton vernis, ses vendeurs et leur camelote et tous les gros relous qui mettent la musique et jouent au frisbee. Ce sera la sonnerie de ton smartphone ; ouais, celle-là même qui est programmée sur 6 h et que t’avais décochée la veille des vacances. Tu penses peut-être que faire des châteaux de sable. à la pelle (ouais, j’suis en forme) c’est pas ta définition des vacances de rêve ? Attends d’appuyer sur le bouton ra-ppel (la pelle, le retour) pour tenter de gratter quelques minutes de bon vieux sommeil. Tu râles pasque, la pelle (toujours elle) est trop petite, le seau est trop grand et la mer est globalement trop loin ? Attends de lever des marmots qui ne voient pas, mais alors pas du tout, l’intérêt d’aller à l’école et qui voudraient faire comme la rivière : suivre leur cours sans quitter leur lit (très, très en forme, j’ai prévenu).

C’est con, tu t’étais bien faite au ritmo de la noche : le Sex on the beach au bord de la piscine, le Margarita en terrasse ou le Picon au balcon, c’était bien rôdé. Tes mômes bouffaient des chips et du soda pendant que tu t’enfilais des plateaux apéros avec ton chéri. Pas de vaisselle, des courses minimalistes et tout le monde d’accord sur le menu. Tu te prenais même à rêver : et si on continuait à manger cancer et à se préparer une cht’ite cirrhose une foie rentrés ? La légende raconte que certains humains y survécurent.

Mais bon, tu sauras jamais. Pasqu’une fois que tu t’es reproduite et que ton greffon passe le cap fatidique des trois ans, tu reprends le chemin de l’école POUR LES QUINZE PROCHAINES ANNÉES. Habawi. Et ça, bien sûr, on te l’dit pas aux cours de préparation à l’accouchement. Ils ont trop peur que tu te pendes avec le cordon ombilical. Alors quand tu seras arrivée en retard plusieurs matins de suite, quand ton gosse se chopera une punition pasque t’auras oublié de signer le cahier de liaison, quand t’auras oublié de chercher ledit gosse à l’école pasque t’avais un dossier à boucler, … Bah tu prendras le tonneau par les cordes, et tu comprendras que l’avenir appartient à ceux qui se lavent tôt. Sinon, tu peux aussi t’en lever les mains. Tu vas t’en sortir, mais ce sera plus compliqué.

PS : Comme disait mon père : « l’alcool tue lentement. On s’en fout, on n’est pas pressés. »