Cours Hillary, cours !

Cours Hillary, cours !

21 avril 2015 0 Par Barbara

Ça y est, c’est officiel : Hillary Clinton entre dans la course à la présidentielle. « Running for president » ce n’est ni courir pour le chef suprême, ni lui courir après, mais c’est gagner la première les primaires puis faire sauter la baraque sans culbuter Obama.

Une femme de tête chef de la 1ère puissance mondiale, moi je dis chapeau ! Ce serait une première et un véritable tête-à-queue pour cette femme qui porte la culotte. L’ex First Lady deviendrait la première dame de l’histoire américaine à qui l’on chanterait « Happy birthday Missis President pom Pompidou ». Ce vieux Billy serait bombardé First Gentleman, un titre qui lui irait à ravir compte tenu de sa galanterie notoire. Hillary, qui préfère le calumet de la paix à la pipe, a pardonné à sa moitié son maniement peu orthodoxe – osons le mot, infidèle – du cigare. Bien qu’il n’y ait pas de fumée sans feu, elle a été chique et n’a pas voulu réduire en cendres sa carrière. Elle a préféré faire un tabac en lui accordant une indulgence prisée. Mais s’il veut assurer ses arrières, plus question d’avoir le feu aux fesses ou alors il devra l’éteindre tout seul car Hillary a pris les pompiers en grippe. Peut-on réellement lui en vouloir ?

Dans son clip sur les « everyday Americans », la future présidentiable se présente comme une « femme normale ». Ce qui n’est pas sans rappeler un certain Président auto-proclamé normal et dont le nom, qui évoque l’autre pays du fromage, aurait dû nous inciter à la méfiance : cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. Car à tout prendre, la normalité d’Hillary, classée par Forbes dans le Top Ten de la liste des femmes les plus puissantes du monde, est sans doute préférable à celle d’un homme inexistant sur la scène internationale. Non, le seul point commun que je leur vois est d’avoir fréquenté le barreau, pas le Barreau de Chaise puisqu’ils sont tous deux non-fumeurs et que Hillary voit rouge quand on lui parle d’un Havane. Sans mentir, si le ramage de Hillary se rapporte à son ménage, elle sera le Phénix des USA. Un oiseau légendaire qui renaît de ses cendres et qui, contrairement au corbeau, ne laisse pas tomber sa proie.