galette_des_rois_humour_me_mathou

Tirer les rois pour changer, ou comment une simple galette peut faire débat

Je suis en plein dans le trip des traditions, alors après la Saint-Nicolas, le Père-Noël et les résolutions du Nouvel An, gros sujet : les Rois Mages. Ou comment animer toute une soirée avec une simple galette des rois.

La marraine de Pioupiou est une noble âme qui a pris sur elle d’inviter trois familles pour la Galette des Rois ; je mets des majuscules parce que quand tu sors des festivités de Noël, remettre le couvert, si je puis dire, et les petits plats dans les grands, c’est admirable. Et puis tant qu’à offrir à Pioupiou comme cadeau de Noël le plus grand lego de tous les temps, le Faucon Millénium et ses 7500 pièces à assembler, autant avoir du monde autour pour finir les bouteilles et salir les tapis.

Dorée au curcuma

Pour apporter ma très modeste contribution à cette petite sauterie qui consistait à tirer les rois, j’ai ramené une galette aux pommes maison. Qui a défrayé la chronique, va savoir pourquoi. Peut-être parce que les invités, intrigués, n’ont pas bien compris d’où venait cette jolie couleur jaune mat – un peu vif, le jaune. Ben c’est du curcuma, quoi, délayé dans du lait végétal, j’ai dit en les trouvant secrètement un peu longs à la comprenette. Après quoi il a fallu que j’explique pourquoi j’utilisais pas de jaune d’œuf comme tout le monde. Comme je venais de m’enfiler une mini-saucisse au canard, l’argument végétarien faisait pas trop crédible alors j’ai dit que c’était pour pas gaspiller le blanc, parce que c’est pas faux non plus : quand tu prends un jaune pour la dorure, tu jettes le blanc, ce qui te brouille définitivement avec les œufs Après quoi ils m’ont lancé des regards discrets de commisération, m’ont demandé si je connaissais pas la recette des financiers – mais si, c’est ultra fastoche, une poignée d’amandes, un peu de sucre, le blanc justement que t’allais jeter et c’est parti ! Parti pour faire un four sans doute, connaissant mes talents cachés, mais alors vraiment très bien planqués, de cuisinière.

Bonne pomme

Sinon, ils ont trouvé que c’était bon, les pommes, ça change de la frangipane. Et pourquoi des pommes ? Ben parce qu’un jour, sur un coup de tête, j’ai passé 20 kg de pommes en confiture, que j’leur ai dit. Après quoi il a fallu que j’explique que je suis adhérente à une AMAP fruits qui propose des pommes 9 mois sur 12, climat alsacien oblige. Autant dire que tu deviens de facto la reine des tartes. Donc après les tartes aux pommes, les gâteaux aux pommes, les pommes au four, les compotes de pommes, les jus de pommes, les pommes séchées et les pommes à croquer, j’ai tenté la confiture de pommes. L’idée paraissait bonne mais pour faire bref, gros pépin : personne n’a aimé. Pas même z’Homme qui avale sans moufter toutes mes créations culinaires, heu… originales.

Gaspard & Balthazar (et aussi Melchior)

C’est pour cela que tous les ans, ai-je conclu, je liquide un peu plus mon stock de confiture de pommes dont j’enfile de généreuses quantités entre deux ronds de pâtes feuilletées. Après quoi, chacun a mâchouillé sa part de galette en silence, en me lançant des coups d’œil furtifs et inquiets. Z’Homme a brisé l’omerta en déclarant bruyamment qu’il avait la fève. Une fève Barbapapa, toute jaune, elle aussi, et bien dodue, sur laquelle il a failli se casser une dent. Pourquoi une fève Barbapapa ? Moi j’ai trouvé que ça commençait à bien faire toutes ces questions alors j’ai demandé si on pouvait pas bouffer la galette en paix plutôt que d’en causer jusqu’à plus soif. Et à propos de soif, si on voulait bien me remplir le verre. Parce que si on veut commencer à ouvrir de vrais débats, ayons une pensée émue pour les Rois Mages. Déjà qu’ils ont des prénoms à figurer au Palmashow les pauvres, mais en plus ils se sont tapés pas loin de 2000 km à dos de chameau pour finir dans une chanson de Sheila. Et ça c’est pas cool.

Crédit photo : la talentueuse Mathou, à suivre ici : crayondhumeur.blogspot.fr et là : Facebook Mathou illustrations

Laisser un commentaire