D’habitude, je dis à qui veut l’entendre que je suis positive. Mais en ce moment, quand je fais ce genre de déclaration, les gens autour de moi reculent de trois pas et dégainent leur masque. Alors je m’explique : je suis positive dans la vie et négative à la Covid mais je vois bien que le doute subsiste.

Alala on vit une drôle d’époque. Quand tu vas au resto, tu mets ton masque pour faire les trois mètres qui séparent la porte de la table. Après quoi tu l’enlèves et tu diffuses allègrement tes gouttelettes de salive éventuellement imprégnée de SARS-CoV 2 vers ton vis-à-vis. Et pourtant, dans le métro ou dans un bus scolaire, où a priori on ne parle ni ne mange, il est formellement interdit d’enlever le masque. Y’a que moi qui trouve ça bizarre, ou bien ?

Si t’es écolo comme moi, ton masque tu le recycles au maximum parce qu’on a mis 20 ans à interdire les sacs plastiques aux caisses des supermarchés, c’est pas pour balancer un masque plastifié chaque jour dans ta poubelle. Ce qui signifie que tu le mets tout propre sorti de la boîte made in china, tu vas faire tes courses et tu l’enlèves pour le fourrer dans la poche de ton jeans avec ton ticket de caisse et un mouchoir sale, tu le remets un peu plus tard quand tu passes à la poste ou à la boulangerie pour l’enlever tout de suite après et le mettre dans ton sac à main, entre ton stylo et tes tampons, et tu le remets le lendemain parce que t’avais la flemme de le laver.

À la fin de la semaine, les germes ont élu ton masque « Produit de l’année ». Ils ont même tellement pris la confiance qu’une odeur de munster bien fait commence à s’en dégager, ce qui te rassure pas sur ton hygiène buccodentaire. Qu’à cela ne tienne, tu le laves. Après quoi, il ne fait plus barrière à grand-chose, mais te permet essentiellement de faire semblant d’obéir à une règle que tu piges pas. Et à restreindre la quantité d’oxygène que tu inhales, comme si t’avais besoin de ça, déjà que tes neurones en prennent un coup chaque année qui passe.

Remarque, c’est pas grave si tu tombes en rade de masque ou si, comme moi, tu penses que c’est une masque-a-rade : la majeure partie des gens que tu côtoies sont masqués et vaccinés. Bien sûr, ça les empêche pas de transmettre le virus. Techniquement, ils peuvent même choper le Covid. En gros, c’est comme si t’étais vacciné contre la DT-Polio et qu’on te disait : « Attention, tu peux choper le tétanos. ». J’ai personnellement renoncé à poser la question « Mais alors à quoi ça sert ? » [Aïe, non, pas la tête !]

Cela dit, si tu chopes le Covid, rassure-toi : tu as 99,7% de chances d’en sortir indemne. C’est une épidémie aussi grave que la pandémie mondiale de rhinite et autres état grippal qui sévissent à la saison froide, et qui s’en prennent surtout aux personnes fragiles. Nos ancêtres qui ont vécu la peste noire auraient accueilli le coronavirus et ses < 1 % de décès à bras ouverts : de leur temps, 100% des pestiférés mouraient.

Par contre, mauvaise nouvelle, tu ne seras pas protégé longtemps, nan, nan, mais alors pas du tout. En fait tu n’es protégé que pour 6 mois. C’est normal, les anticorps que tu fabriques ne sont pas acquis. C’est un peu comme l’âge légal de départ à la retraite. Plus tu t’en approches, plus l’échéance recule. Là c’est pareil, plus le temps passe, plus il faut te refaire vacciner parce que ce bougre de Covid 19, il se laisse pas faire. Il fait même des variants, ce coquin. Moi je dis que Pfizer pourrait quand même délivrer une carte de fidélité aux vaccinés : au bout de 4 doses, la 5ème est gratuite. Même le kébab du coin il fait ça.

Mais t’inquiète : que tu sois positivement vacciné, fraîchement positif ou PCR-négatif, à toi le Saint-Graal, le fameux pass sanitaire ! Grâce à lui, tu fais partie de la société des gens respectables. Tu peux enfin sortir de l’ombre et t’afficher sur Facebook. Et surtout, fini l’anonymat quand tu vas au resto, au cinéma, dans une salle de spectacle ou à l’hôpital. SI-DEP veille sur toi. Moi je dis c’est chouette de savoir qu’on est tracés. C’est vrai, comme ça on peut savoir qui a basculé du côté obscur de la force. Des fois que les libre penseurs fomenteraient une révolution ou deviendraient des complotistes. T’imagine ? Au moins on les retrouverait rapidement. Ne ris pas, c’est pratique quand tu dois gérer une démocratie dans laquelle il y a encore des gens qui se croient libres.


7 commentaires

Philippe Meisburger · 14 octobre 2021 à 7 h 18 min

Enfin certains ouvrent les yeux sur cette mascarade… à laquelle il est grand temps de dire stop ! On ne va pas « protéger les autres » qui refusent de se protéger (par le vaccin) in-eternum ! Quant à espérer « écraser » le virus comme le veut O. Véran, c’est juste de la pure science-fiction. On n’a jamais écrasé la grippe ou les rhumes.

On doit vivre avec en entraînant notre système immunitaire à le combattre (grâce au vaccin), pas s’en terrer derrière nos masques. Ces derniers nous permettent au mieux – si on croit en leur efficacité – de gagner du temps sur notre rencontre inévitable avec le Sars-CoV-2 (car oui, on va tous l’avoir, et plusieurs fois dans nos vies, mais ça ne sera pas grave si on est vaccinés).

Perso ce masque, je n’en peu plus ! Outre le problème écologique que tu soulèves (et qui est au coeur de mon expo photo, présentée à Huningue fin du mois), il est urgent qu’on reprenne à présent une vie normale. Strictement normale. C’est à dire sans jauges, masques, et tutti quanti. Comme en 2019. On a l’outil pour, il s’appelle le vaccin. Tant pis pour ceux qui auront refusé de se faire vacciner. Ces derniers parlent de « liberté »… mais sont-ils conscients qu’ils nous retirent la nôtre, celle de nous démasquer ?

À quoi bon vivre masqués ? Je préfère manger les pissenlits par la racine que de vivre cette non-vie absurde (l’exemple du masque mis puis retiré une fois le pass checké est bien réel… et terrible d’absurdité !)

    Barbara · 14 octobre 2021 à 11 h 20 min

    Je suis d’accord : les lois liberticides, même « bien intentionnées », ne doivent pas être tolérées dans une démocratie.

Florence · 14 octobre 2021 à 9 h 13 min

Merci Barbara cette piqûre de rappel que je veux bien faire tous les jours !

Sandrine · 14 octobre 2021 à 15 h 25 min

MERCI !!!! Je me sens moins seule à réfléchir face aux inepties sociétales !

    Barbara · 25 octobre 2021 à 4 h 44 min

    Oui, inepties est le mot ;-) Merci Sandrine !

Le Black Friday, c'est pourri ! - Humour Me by Barbara · 2 décembre 2021 à 1 h 08 min

[…] qui est encore plus affligeant, c’est que le monde entier est contaminé. On s’est trompé de pandémie : c ‘est le consumérisme qui menace la planète, pas le coronisme. Le Black Friday, c’est […]

Laisser un commentaire