Mon t’huitième anniversaire

Mon t’huitième anniversaire

14 avril 2015 0 Par Barbara

Rien de plus logique, pour une blogueuse, que de fêter son tweetième anniversaire. C’est mieux que de tirer la tronche –faire une face de bouc, comme on dit dans le jargon. J’épingle les tableaux d’inspiration plutôt que les années qui s’envolent et je publie des vidéos qui ne deviendront pas des tubes. Mais qu’importe ? L’essentiel étant de se souvenir que la Vraie Vie n’est ni sur la toile, ni sur les réseaux antisociaux.

La vie et un anniversaire grandeur nature donc, avec une bande de potes arrivés eau compte-gouttes, pas comme l’inondation dans la cave, découverte par hasard en cherchant les bouteilles destinées à éponger notre soif. 1 cm d’eau sur 35 m2 de stratifié ça fait 350 litres d’eau : heureusement que z’homme est un technicien de surface dans l’âme (voir mon billet précédent Le bonheur selon z’homme). Il a écopé de la tâche ingrate consistant à passer l’éponge pendant que je me la coulais douce avec mes invités. La soirée a donc commencé entre deux eaux mais une fois la cave sèche et les copains imbibés, elle a continué en eaux troubles. Comme ils tous un grain, on a riz et piqué des fous-rires mais quand une andouille m’a joué un tour de cochon en m’offrant une langue de bovin, ça m’a pris aux tripes et j’ai plutôt ri jaune. L’appendice a fait un effet bœuf et moi qui ai d’habitude la langue bien pendue, pour le coup je l’ai avalée. La farce était subtile pour une pro-bilingue, vache pour une pro-végé et très en-dessous de la ceinture, même pour une pro-50 nuances de Grey, sauf à être zoophile-nécrophile. Sautant du coq à l’âne, mes copains comme cochon entament un épique Pictionary en équipe : Mars contre Vénus, encore une histoire de Gray – mais pas le même, faut suivre – où l’on comprend assez vite que si les femmes ont de l’imagination, les hommes sont peu subtils. S’envoyer les réponses par texto, ça ne peut pas passer inaperçu bien longtemps, n’en déplaise aux rusés renards. Fines mouches, nous les avons laissé faire les coqs tout en gloussant quand ils ont perdu : ils gagneront quand les poules auront des dents ou s’ils intègrent une équipe de filles, Mars et Vénus (enfin) réconciliés. Ce qu’un furieux Times Up en équipes mixtes sur fond de fin de guerre des sexes a d’ailleurs démontré. Qui nous a fait rire aux larmes, de crocodile bien sûr.