52 nuances de vie Saison 3 : la story derrière la cover

52 nuances de vie Saison 3 : la story derrière la cover

11 novembre 2017 0 Par Barbara

Tada ! Je te présente en exclu la couv de la Saison 3 et sa créatrice, Pauline Fayssaud*. Et le bouquin dans tout ça ? Il sera dans les bacs la semaine prochaine.

J’t’avais dit que c’était pour bientôt mais je te sentais sceptique. En même temps, on va pas se mentir, c’était pas gagné. Mine de rien, une photo à cinq, ça demande une certaine logistique. Déjà, il fallait trouver un moment où la météo était favorable, dans une saison où globalement elle l’est rarement. Deuzio, nos emplois du temps devaient coïncider si on voulait pas se retrouver à faire un photomontage de la mort.

Poser le cadre

Une fois le cadre (péniblement) posé, restait à se faire tirer le portrait ce qui, en termes de difficultés techniques, ressemble à faire poser une portée de chatons : y en a toujours un qui se sent absolument pas concerné. Bon là on a un peu contourné le problème en coupant les têtes. Figurativement. Mais j’ai failli tordre quelques cous. Littéralement. Parce qu’à cinq, pas besoin de se forcer pour faire foirer une photo.

Morceaux choisis

Z’Homme, inquiet pour son NIKON Reflex D 5300 qu’il a prêté pour la circonstance, pointe du doigt :
-« T’as bien fait la mise au point Pauline ? Tu vois les petits carrés qui s’affichent et tu attends le premier bip bip et ensuite … »
Pauline, éternellement polie, nous mitraille depuis cinq bonnes minutes :
-« Oui, j’y fais attention, ne t’inquiète pas. Tu peux descendre le bras ? ».

Le Grand, agacé, demande en s’étirant :
– « Y’en a pour longtemps ? C’est pas tout ça mais j’ai une game qui commence dans 10 minutes … »
Pauline, immuablement posée, change d’angle :
-« J’ai presque fini – tu peux arrêter de bailler et décroiser les jambes s’il te plaît ?»

Louloute, qui s’est levée y’a cinq minutes, fait la tronche :
– « T’es sûre qu’on voit pas ma tête ? J’ai pas encore fait mon masque et j’ai pas eu le temps de me lisser les cheveux, j’suis trop dègue »
Pauline, inaltérablement policée, lève les yeux de l’objectif :
– « Non on voit que les jambes. D’ailleurs tu pourrais enlever tes chaussettes ? »
– « Ah non, ça pas question ! J’ai pas fait mon vernis ! »

Pioupiou, qui a été arraché à la lecture de Harry Potter, boude :
-« Pourquoi je peux pas continuer à lire ? »
Moi, chroniquement excédée :
-« PASQUE. Et maintenant, on la ferme, on prend la pose et on regarde le petit oiseau qui va sortir ! »

*Pauline Fayssaud, Belle de France 2017, Instagrammeuse @p_fyssd