Histoire de frigO

Quand t’as pensé qu’il était temps de changer de frigo vu qu’il n’y avait plus de place pour les canettes de bière et que tu fermais la porte avec du scotch,

Quant t’as cru qu’il n’y avait pas de meilleur moment que maintenant, en plein été, 30° à l’ombre, pour changer de frigo,
Quand tu t’es laissée étonnamment tenter par des bons de réduction et que t’as commandé ton nouveau frigo chez Darty et son Contrat de confiance,
Quand t’as attendu 10 jours pour avoir un frigo livré mais non installé , tant pis, et qu’après avoir patienté les 2 heures règlementaires, tu l’as allumé toute guillerette,
Quand tu l’as tout de suite chargé avec toutes les denrées périssables – c’est vrai, pourquoi attendre ?
Quand quelques heures plus tard, tu as réalisé trois choses en même temps :

  1. le frigo ne fait pas de froid, seulement de la lumière, ce qui avouons-le est un peu réducteur pour un frigo même si la lumière est top classe,
  2. les denrées fragiles ont pris un coup de chaud, les pauvres, et sont bonnes à jeter,
  3. c’est la veille du 14 juillet, tu ne vas pas être dépannée avant 48 heures dans le meilleur des cas.

Quant t’appelles dès le 15 juillet 9h30, ouverture officielle du SAV Darty, et que l’on promet de te rappeler mais que ça n’arrive jamais,
Quand tu égrènes les coups de fil et que tu répètes vaillamment ton histoire aux différents «opérateurs » (Ah, les plates-formes téléphoniques !)
Quand chacun te répond immanquablement autre chose, qui va du « vous l’aurez lundi » à « je n’arrive pas à joindre le magasin »,
Quand, excédée et à force de menaces,  tu finis par t’entendre dire le lendemain, en fin de journée, veille de week-end, que le remplacement se fera dans 10 jours au mieux, et encore on est pas sûrs, vous savez c’est l’été,
Quant tu changes de modèle pour être livrée 4 jours plus tard, histoire de ne pas jeter encore plus de yaourts à la poubelle,
Quand les livreurs viennent à l’heure dite mais oublient le joint ce qui t’oblige à retourner le chercher en magasin,
Quand finalement t’as un frigo qui marche mais que t’as perdu 3 vies de chat pour en arriver là,

Tu dis, merci qui ? Ben, pas Darty.

Et comme t’es Grand Prince, tu donnes un conseil gratuit : « Quand il fait chaud, ne te sépare pas de ton frigo ; attends l’hiver pour acheter un nouveau frigidaire ».

Le 14 chuillet

Moi j’aime les fêtes. Du moment qu’on peut boire un schlouk et manger un stück, tout me va.

Pur produit du bocal alsacien, j’arrive à prononcer sans sourciller Niederschaeffolsheim et même Dossenheim Kochersberg sans reprendre mon souffle. Je t’échange tous les jours deux pizzas contre une flammakueche – rebaptisée « flamme » par les Français de l’intérieur, petits joueurs. La tête qu’ils feraient si je leur disais que je mets mes schlopala à la maison et que je me sèche les cheveux avec un foehn ?

Sinon, vivre en Alsace, c’est un peu comme vivre en France mais en mieux. C’est malheureusement le même gouvernement mais on a deux jours de congés en plus. Quant t’en as marre de faire tes courses au Leclerc, tu traverses la frontière et là tu trouves des vraies spätzlés et des Radler au demi-litre.

Il y a en Alsace plus de panneaux solaires que partout ailleurs en France, preuve que l’Est est particulièrement ensoleillé. Brillant, même. T’as qu’à voir les VIPs alsaciens : Albert Schweitzer, Prix Nobel de la paix, M. Pokora, Premier Prix à Popstars, Sébastien Loeb, Nonuple champion du monde de rallye automobile. Et ne m’entraîne même pas sur le terrain du foot : Antoine Griezmann, sacré meilleur buteur de l’Euro 2016, tu crois qu’il vient d’où, avec un nom comme ça ?

En Alsace, c’est bien connu, même les coqs sont bilingues : ils font kikiriki. Sauf le jour de la Fête Nationale, où ils font cocorico comme tout le monde. Alors quand les drapeaux tricolores fleurissent un peu partout, je me réchouis, hopla !